Crea sito

2. Les origines de l'émaillage

On croit que le berceau de cet art peut être dans la Mer Méditerranéenne, en particulier la ville de Mycènes et l’île de Chypre, il y a 3500 ans. Certainement, la technique n’apparait pas tout à coup, mais elle est le résultat d’une connaissance développée au cours des milléniums. On peut identifier de différentes techniques et technologies qui ont été les précurseurs de l’émail, en particulier :

1- Les pâtes de verre et les glaçures céramiques qui étaient utilisées en Egypte depuis le cinq millenium avant Jésus-Christ. Ce sont les deux matériels les plus similaires à l’émail. En réalité, on disposa les pierres de verre directement sur le métal.

2- Le bleu égyptien, connu bien aussi en Italien comme « smaltino », inventé environs 2000 avant Jésus-Christ. C’est un pigment au cobalt avec une ajoute de potasse, appliqué pour de finalités décoratives.

3- Le niellage, qui consiste de l’application d’une poudre noire fusible sur le métal gravé. Les technologies et la méthode applicatives pour le niellage était en tout similaire à l’émail. Inventée en Egypte, la technique était déjà bien connue dans la Méditerranée au principe de l’Âge de Fer.

A gauche: pâtes de verre, Egypte, Ve millennium av.J-C. A droite: anneau de Tellus, IIIe millenium av.J-C., encrusté avec des pierres.

C’était environs 1500 avant Jésus-Christ que les orfèvres et verriers mycéniens découvrent un verre qui ressemble aux pierres précieuses et qui se fonde sur l’or d’une manière qu’il y adhère et forme une liaison permanente sur la surfcae métallique par un procédé de vitrification en haute température (source : A. H. Dietzel, Emaillierung, Springer-Verlag, 1981). Les premiers émaux trouvés à Mycènes date 1425 avant Jésus-Christ et sont exclusivement bleu : à partir de ce moment, il est possible de vérifier l’histoire de l’émaillage avec plus de certitude. On doit remarquer que la technique était utilisée seulement pour des bijoux et objets religieux pendant les premiers siècles de son histoire, pourtant il est encore plus difficile de définir une histoire complète de l’art de l’émail.

A gauche: poignard en bronze, décorés en métal noble. A droite: poignard partiellement émaillé, Mycènes, XIVe siècle, Musée d'Athène.

Les trouvailles les plus anciennes de vrai émail de l’île de Chypre pendant son âge d’or, quand le mycéniens s’échappaient sur l’île pendant l’invasion des Achéens. La grande qualité des objets de cette période montrent une connaissance très développée de cette technique malgré la rareté de ces trouvailles. Les premiers exemples connus sont six anneaux d’or daté au XIIIe siècle, retrouvés dans une tombe à Kouklia. Un autre objet important est le sceptre royal en or du XIe siècle retrouvé à Kourion, l’ancienne capitale de l’île, dont le pommeau, installé sur un bâton de 16 cm, est décoré avec des émaux blanc, lilas et verre appliqués dans des alvéoles selon la technique qui sera appelé « cloisonné » beaucoup de siècles après. Le sceptre et les anneaux d’or sont actuellement dans le musée de Chypre à Nicosie. 

Anneaux émaillés retrouvés dans la tombe mycénienne (1300 – 1100 avant J-C).

Pommeau du sceptre de Kurion, émail cloisonné, Chypre, 1100 avant J-C.

Il est un sujet de discussion si l’ancien Egypte connaissait l’art de l’émaillage pendant la XVIIIe dynastie (1543-1292). A ce propos, le célèbre égyptologue T.G.H. James écrit à propos du collier de la déesse Nekhbet sur le pectoral de Toutankhamon (1332-1323) : «Le véritable émaillage cloisonné consiste à remplir les cloisons avec du verre en poudre qui est ensuite mis en position, ce qui entraîne des incrustations qui complètent complètement et sont étroitement fixées dans leurs petites enceintes dorées. Il n'a pas encore été confirmé par un examen scientifique approfondi que la technique a été utilisée dans ce cas.»

Il n’est donc pas sûr si l’on peut considérer ces trouvailles égyptiennes comme véritable émail ou non, au moins avant l’âge helléniste. Néanmoins, on doit rappeler que l’Egypte aux jours de Toutankhamon avait des relations économiques avec Chypre depuis environs 50 ans, sous la forme d’importations par les Peuples du Mer, et cela pourrait justifier la présence de l’émaillage pendant le Royaume Nouveau.