Crea sito

BREF APER&CcedilU SUR L'ORIGINE DE L’&EacuteMAILLAGE

L’émaillage des métaux est une procédure à haute température (plus de 500° C) qui consiste de fusé l’émail sur le métal et obtenir ainsi pas seulement une liaison permanente de l’émail, mais aussi une surface lisse avec des couleurs brillantes.
L’émaillage a un effet unique et éternel qui est connu et utilisé seul par une élite d’artistes qui tombent amoureux avec cette technique et doivent surmonter beaucoup de difficultés pour produire des véritables chefs-d’œuvre qui vont survivre leurs créateurs. Un objet émaillé est captivant comme un bijou. Il est attractif pour son aspect qui est perçu comme semblable au cristal ou aux pierres précieuses. Sa luminosité dispose de nombreuses couleurs. L’émail a des origines nobles, mais il est né du feu et de la terre. Il est né pour améliorer l’aspect monochromatique de l’or, avec lequel l’émail partage sa durabilité. 

Position de Chypre et Mycènes, les deux bercaux de l'émaillage (XVIème siècle avant J-C).

Historiquement, l'émail a été appliqué pour la première fois sur les métaux ductiles tels que l'or, l'argent, l’électrum (un alliage d'or et d'argent) et plus tard sur le bronze et le cuivre. Son berceau est fixé probablement entre 1600-1300 avant J-C en Grèce et la zone méditerranéenne, de Mycènes à Chypre. C'est là où les artisans mycéniens, verriers et orfèvres, qui ont échappé à l'invasion achéenne, ont crée les plus anciens objets émaillés découverts à ce jour.

Pendant le 3ème millenium avant J-C, les verres, objets en céramique et bijoux étaient colorés, décorés et souvent associés à de nobles objets métalliques, ou sertis avec des pierres précieuses.

A gauche: dague de bronze du 16ème siècle avant J-C, décoré avec du métal noble. A droite : dague émaillé du 15ème siècle avant J-C, technique Cloisonné, Musée d’Athènes.

Autour de 1500 ans avant J-C, dans la région mycénienne, orfèvres et verriers découvrent une sorte de verre semblable à la pierre qui fond sur l'or et se lie de façon permanente au métal. De cette période on conserve une dague en parties émaillées, exposée au Musée d'Athènes. Certains chercheurs croyaient que la première utilisation de l'émaillage avait été faite au temps des Pharaons en Egypte ou en Mésopotamie. Cependant, il n'existe aucune preuve archéologique, un savant célèbre, Gardner, ayant confondu des céramiques émaillées et un verre coloré avec du «vrai émail», pour lequel la condition est de se lier à la surface métallique par vitrification à haute température (Dietzel). C'est uniquement grâce à des fouilles que le développement de l'émaillage peut être étudié au cours de l'histoire. Selon Higgins, la première production d'émaux bleus sur l'or a été créée à Mycènes autour de 1425 avant J-C. Les quelques pièces disponibles montrent la bonne qualité de l'artisanat de cette époque.

Nous avons aussi dit que les plus anciennes trouvailles ont été faites durant l'âge d'or de Chypre (1500 - 1200 avant J-C). En effet, un objet remarquable est le long sceptre d'or de 16cm avec poignée en or trouvé à proximité d’Episkopi (Curium) et daté d'environ 1100 avant J-C. Son sommet sphérique est émaillé dans des creux en demi-cercles en alternant blanc, lilas et vert. L'artisanat et la technique pour travailler l'or et l’émail est impressionnant. Au cours des siècles, cette technique est devenue connue sous le nom de Cloisonné, venant du mot français “Cloison”, ce qui signifie «séparation». Il peut être vu dans le musée de Chypre, à Nicosie, avec ses six anneaux d'or avec une séparation en rond émaillé, exhumé d’un tombeau à Kouklia, Chypre, daté d'environ 1200 avant JC.

A gauche et à droite en haut : Pommeau du sceptre de Kurion.
A droite en bas : Anneaux émaillés retrouvés dans la tombe mycénienne (1300 – 1100 avant J-C).

LES &EacuteTAPES LES PLUS IMPORTANTES DE L’&EacuteMAILLAGE

Boucle romaine en bronze du 3ème siècle, retrouvée en Gaule (Vaison la Romaine), technique Champlevé. Musée des Antiquités Nationales (Saint Germain-en-Laye, France).

Il n'y a pas de découvertes archéologiques entre 1100 et 600 avant J-C, il semble que cette technique se soit éteinte, pour reprendre de l'importance au 6ème siècle avant J-C avec des oeuvres de filigrane, en Azerbaïdjan (Dietzel). En outre, en Étrurie, Grande-Grèce et Espagne, notamment à Séville, il a été retrouvé une production d'objets émaillés datant du 6ème au 4ème siècle avant J-C (Gonzales). Ces travaux sont très raffinés de telle sorte que nous pensons que la pratique était bien connue. En Espagne, on a trouvé à Cadiz le Collier de Gadir (Vème-VIème siècle avant J-C) et à Séville le pendantif du Trésor du Carambolo aux siècles VIIIème - VIème (source: Núria López-Ribalta). En Gaule, les Celtiques émaillèrent de nombreux types d'objets en bronze d'un couleur vif jusqu'au Vème siècle avant J-C (Epoque La Tène), car aux Îles Britanniques l'émail celtique ne se developpa qu'au IIIème siècle avant J-C. L’écrivain grec Philostratus de Lemnos (Rome, 240 avant J-C) fut témoin que les Barbares du Nord des régions Océaniques appliquaient des couleurs sur le bronze à chaud (technique Champlevé). Au Ier siècle avant J-C (basse époque egyptienne) on date le "Trésor de la Reine Amanishakéto" en Nubie, 35-20 avant J-C (source: Núria López Ribalta). Le plus ancien émaillage dans la région du Rhin a été trouvé au cours de la dynastie des Flaviens (69-96 après J-C). Il y aurait probablement beaucoup de routes de diffusion de l’émail : l’une qui avait origine en Mésopotamie et passait par la Perse, le Caucase jusqu’à la Russie méridionale ; l’autre avait origine en Grèce et passait par la Grande-Grèce et l’Etrurie jusqu’aux Celtes de la Gaule ou par les Balkans jusqu’au Danube et aux Germains. Ces parcours auront se couper dans la période des grande invasions barbares. Mais au 3éme siécle après J-C on a l’impression que l’émaillage ne fait pas partie des connaissances des Romains. Toutefois Rome était, jusqu’è l’époque d’Auguste, un des centres verriers les plus importantes, d’où l’émail allait se diffuser en toute Europe suivant les mouvements des troupes impériales. Les Barbares et les Romains avait un rôle de divulgation de l’émaillage sur bronze.